tribunes

David Fayon

Gérer son identité numérique avec le Web 2.0

Vendredi 4 septembre 2009 | 07h08

David Fayon, expert NTIC, écrivain, se penche sur l'identité numérique, ses atouts, ses travers, ses chances et ses handicaps. Il écrit: "Je définis l’identité numérique comme « l’identité d’un internaute constituée par l’ensemble des traces laissées sur Internet par l’internaute lui-même et par des tiers ».


L'identité numérique est également constituée avec ses contributions sur le Web (par exemple dans les blogs) et les traces qu'il laisse sur les sites consultés (par exemple, les commentaires postés, les avis sur les sites e-marchands). Cette identité numérique peut être reconstituée par la saisie d’un nom sur un moteur de recherche et après quelques itérations puis dédoublement des homonymes éventuels, ce qui demande une certaine habitude et un discernement.

Avec le Web 2.0, l’identité numérique devient cruciale essentiellement dans le domaine professionnel car il est très vite possible de se renseigner sur une personne avant d’éventuellement la rencontrer (par exemple pour un entretien professionnel) et connaître ses études, son activité professionnelle, ses goûts, ses loisirs. Mieux connaître la personne peut aider à mieux travailler ensemble.

Son identité peut être perçue positivement ou négativement à travers ce qui est publié et selon le contexte d’utilisation des données. Pour cela il convient de la gérer, c’est ce que l’on appelle le « Personal branding » ou la réputation numérique. L’identité numérique se décline ainsi à travers 4 P : personnelle, professionnelle, privée, publique.

Ensuite, il convient de veiller à ce que l’on publie. L’adage « Les paroles s’envolent mais les écrits restent » est encore plus vrai sur le Web. Et quand bien même une information serait effacée sur un site, celle-ci peut entre temps avoir été reprise par une kyrielle de blogs et de sites, les flux RSS et la viralité sur Internet permettant rapidement les effets boule de neige.

Des principes de base

Grâce à Internet, tout est mémorisé, tout se sait. Les exemples abondent : l’exemple de Marc L. (http://www.le-tigre.net/Marc-L.html) a montré qu’il était possible de reconstituer la vie d’un individu, les photos de soirées publiées sur Facebook pour des personnes ne sachant modérer leur consommation d’alcool, le cas d’une employée qui n’a pas été embauchée in extremis chez Cisco pour avoir twitté hâtivement en exprimant des doutes quant à son futur job (http://www.presse-citron.net/vous-voulez-perdre-votre-job-utilisez-twitter).

Pour gérer son identité numérique, il convient d’une part de prêter une attention toute particulière à ce que l’on publie (écrits, photos, etc.) sur Internet et d’autre part exploiter les réseaux sociaux professionnels notamment pour bâtir son réseau de contacts et les mises en relation, les recommandations des personnes avec lesquelles on a travaillé pour être visible sur Internet. Ceci est possible avec des réseaux sociaux professionnels comme Viadeo ou LinkedIn mais aussi avec une bonne utilisation de Facebook en veillant au paramétrage de son compte et soit en segmentant la vie professionnelle et la vie personnelle soit en ayant des compétences sociales et relationnelles qui permettent de tirer profil d’un outil Facebook où les genres sont mêlés.

Il convient d’avoir présent à l’esprit que des liens entre pseudonymes et véritable identité peuvent être effectués (lire à ce sujet la trilogie sur l’identité numérique sur mon blog : http://livres-internet-web.over-blog.com/article-31490664.html).

Pour faire émerger son expertise et défendre sa réputation, la recette est simple : publier des billets pertinents sur son blog, l’adosser à un compte Twitter, être présent sur les réseaux sociaux, poster des commentaires qui font progresser le débat sur les blogs de votre domaine de savoirs, etc.

La surveillance va au-delà des informations que l’on publie. Elle s’attache aussi à ce qui est dit à notre sujet. Ceci est d’autant plus vrai que l’on jouit d’une certaine notoriété. Avec Internet, ceci n’est pas seulement vrai pour les « people ». Aussi une surveillance permanente s’impose quant aux risques de diffamation, d’usurpation d’identité, d’atteinte à l’image ou la vie privée.

Quels outils utiliser ?

En matière d’outils, il est possible de s’abonner aux alertes Google (http://www.google.fr/alerts) relatives à son identité et de faire de même sur Twitter. Et ainsi contrôler si une information dite à notre sujet est en phase avec la réalité ou à l’objectif poursuivi. Et le cas échéant, réagir rapidement avant qu’une information erronée soit véhiculée (par exemple Philippe Manœuvre, juré de la Nouvelle star, avait été annoncé mort sur Wikipédia, ce qui avait fait couler beaucoup d’encre) et cause préjudice.

123People (www.123people.fr) est un outil qui permet d’avoir une vision de synthèse sur une personne (et ses homonymes éventuels) et qui s’alimente de plusieurs sources : moteurs de recherche, réseaux sociaux, etc. Pour savoir ce qui est dit sur son nom, on peut également s’auto-googler (ou s’auto-binger selon ses préférences en la matière), par exemple pour « Laurent Fignon », chercher toutes les combinaisons possibles : « L Fignon », « Fignon Laurent », etc. – les résultats étant différents et complémentaires selon les requêtes formulées.

Pour être visible sur le Web, des outils comme Ziki ou Naymz permettent de promouvoir son identité et d’aider à ce que celle-ci apparaisse dans les premières positions des requêtes délivrées par les moteurs de recherche.

En conclusion

Tout en protégeant son identité administrative (données personnelles) il est recommandé de promouvoir son identité professionnelle (prénom, nom, aptitudes métier, compétences et qualités). Avoir une réputation numérique, c’est jouer la transparence avec la capacité à partager l’information, à exprimer ses idées et son sens critique.

Préalablement avant toute action impliquant son identité sur Internet, il convient de se poser les questions « Quelle stratégie souhaite-t-on développer pour son image numérique ? » et « Est-ce que je souhaite que mon image numérique coïncide avec celle dans le monde physique ? ».

 


David Fayon, Expert NTIC est auteur d'articles et d'ouvrages dans le domaine du numérique. Il a publié "Web 2.0 et au-delà" aux Editions Economica, préfacé par Pierre Kosicusko-Morizet, P-DG de PriceMinister et "Clés pour Internet". Il anime le portail Internet et NTIC.  On peut contacter David Fayon sur son site, on peut également échanger avec lui sur son blog ou encore le retrouver sur Twitter.

Aucun commentaire n'a été ajouté




Recopier le code ci-contre

Annonceurs


Devenez annonceur

Rechercher

Les tweets