tribunes

David Fayon

Être député 2.0 pour exister politiquement !

Samedi 16 mai 2009 | 06h07

David Fayon est expert dans les technologies d'information et de communication. Ill écrit une tribune sur l'utilisation des TIC par les hommes politiques. Cela dans la perspective des prochaines élections européennes.


"Alors que se profilent les élections européennes du 4 au 7 juin prochain, le site Internet du Parlement européen comprend des informations intéressantes et s’est doté de relais parmi les réseaux sociaux (Facebook, YouTube, MySpace, FlickR), peut-être pour toucher une cible jeune qui délaisse les urnes.
L’élection de Barack Obama a montré combien la maîtrise des outils 2.0 pouvait constituer un élément différenciant et s’avérer décisive pour emporter une élection. Les débats actuels à l’Assemblée nationale ont révélé des lacunes en matière de connaissance numérique de certains députés. L’enjeu est désormais de tirer avantage des outils du Web 2.0 pour tout type d’élection et pas seulement à l’échelon national. Localement à Asnières ou à Puteaux, le Web a joué une importance quant à la démocratie locale.

Ne pas être ringardisé

Si le député lui-même ne s’investit pas dans les outils du Web 2.0, il doit néanmoins en confier la mission à sa garde rapprochée et ses conseillers. Les enjeux sont nombreux. Tout d’abord, il s’agit d’une question d’image, ne pas être ringardisé ou déconnecté des évolutions de la société et des usages qui en découlent. Ensuite, il s’agit de tirer profit des nombreux outils notamment les réseaux sociaux pour la communication politique et les échanges, chaque outil participatif étant complémentaire. Le site du député ou du candidat à la députation ou encore du candidat à la candidature - car c’est aussi une caractéristique permise par Internet, la possibilité de se faire connaître avec pour préalable une bonne maîtrise de ces outils et du buzz – doit s’appuyer sur des outils 2.0. Ce peut être des widgets ou des logos qui pointent vers des groupes Facebook qu’il anime. Outre les groupes Facebook sur des thématiques identifiées comme clés par le candidat, le fait de créer une communauté d’amis ou de fans permet également une certaine visibilité médiatique.

Un usage pour les politiques

En complément à Facebook, Twitter est l’outil de micro-blogging qui monte avec plus de 15 millions d’adeptes mais encore peu en France. Twitter permet de fédérer une communauté d’internautes suiveurs vers lesquels pourront être relayés des messages instantanés au format SMS. Ce n’est pas un phénomène de mode mais un usage nouveau qui a déjà séduit des politiques parmi lesquels au Gouvernement Laurent Wauquiez, Michel Barnier, Nathalie Kosciusko-Morizet. Il existe néanmoins des faux profils qui circulent, ce qui impose d’une part vigilance et discernement quant à l’information trouvée sur le Web et d’autre part aux candidats de surveiller et de protéger leur image et leur identité numérique. Des systèmes d’alerte par rapport à l’image du candidat (lorsqu’il est cité dans la blogosphère) sont faciles à mettre en œuvre (sur Google ou Twitter) pour réagir par rapport à une fausse rumeur par exemple. Et le cas échéant apporter un démenti pour éviter qu’une information erronée portant préjudice soit vite reprise par les médias.

La nécessaire modération

Pour les débats et échanges de commentaires, le candidat devra privilégier Twitter ou un blog ou encore un forum sur son site et devra également accepter les critiques. Un travail de modération des commentaires sera également à prévoir notamment si des liens sont postés sur le site du candidat.

Des photos pourront être publiés avec Flickr avec un marquage pertinent (choix de tags) pour les recherches qui pourraient être faites ultérieurement. Des flux RSS thématiques sont à développer sur le site du candidat pour que les informations puissent être relayées facilement par des suiveurs. Des pétitions ou sondages en ligne pourront être faits tant sur le site que sur Facebook qui permet facilement de toucher un public ciblé.

Le 2.0 en prime

Les possibilités avec le Web 2.0 sont nombreuses : dons en ligne (avec paiement sécurisé) pour le financement des campagnes, élaboration des programmes en tenant compte des avis des internautes, publication de vidéos sur des sites de partage YouTube et Dailymotion, liens tissés grâce aux réseaux sociaux avec les militants et sympathisants d’un candidat, kits de campagne téléchargeables avec les idées forces du candidat et les « éléments de langage » à démultiplier, etc.

Le Web permet aussi de préparer les débats et d’asseoir la notoriété entre deux élections. Néanmoins, ce processus d’e-politique s’inscrit dans la durée, l’effet réseau n’étant pas immédiat et nécessite une courbe d’apprentissage pouvant demander de longs mois si la notoriété initiale du candidat est faible voire inexistante.

Plutôt les challengers

On constate une lente évolution des pratiques Internet de la part des politiques. Ce sont généralement plutôt les challengers qui se mettent aux outils 2.0. Dans ce contexte, il convient néanmoins de garder à l’esprit qu’Internet n’est qu’un vecteur parmi tant d’autres. Les outils Web 2.0 ne font pas l’élection à eux seuls mais y contribuent positivement ou négativement pour une large part sachant qu’avec le canal Internet il n’est pas encore possible de toucher l’ensemble des électeurs (58 % des foyers sont à ce jour équipés à domicile et un rattrapage est à opérer en France). Le contact humain et les bains de foule continueront à jouer un rôle crucial même si le canal Internet amène un nouveau paradigme stratégique qui devient capital.


David Fayon, Expert NTIC est auteur d'articles et d'ouvrages dans le domaine des NTIC (nouvelles technologies de l'information et de la communication). Il a récemment publié "Web 2.0 et au-delà" aux Editions Economica, préfacé par Pierre Kosicusko-Morizet, P-DG de PriceMinister. Ce livre qui comporte un chapitre "Internet et politique" prolonge "Clés pour Internet" préfacé par André Santini. Il anime le portail Internet et NTIC.
On peut contacter David Fayon sur
son site, on peut également échanger avec lui sur son blog ou encore le retrouver sur Twitter.

Aucun commentaire n'a été ajouté




Recopier le code ci-contre

Annonceurs


Devenez annonceur

Rechercher

Les tweets